Mardi 9 Mars 13h30
Trottinette. Ce que j’aime la sensation de glisse sur l’asphalte, ça ressemble à un lâcher prise… L’ air frais sur mon visage, le souffle du vent qui relève le teint. Et rafraîchit les idées. Je me laisse aller, je ralentis, le bruit des roulements s’amenuise. Quel merveilleux silence quand tout s’arrête. Et que le soleil de midi me réchauffe le corps, et la tête encore étonnée de vivre quelque chose de si simple et si doux.
Je pousse la trottinette un peu plus loin… Dans un bruit chaotique oui jusqu’à la maison. Le portail vert de la résidence vole et la porte de notre immeuble résonne dans la cage d’escalier. Je franchis la porte d’entrée, en quête d’un café !
Je l’entends couler dans la tasse. Je le bois. Comme un aller retour s’opère entre mon palet, ma gorge, la chaleur du liquide, ses subtilités douces et amères … qui s’avalent d’un trait. Tout est si vite englouti.
Hé Doucement, prends ton temps! 
C’est que j’ai envie d’écrire, d’inscrire en mon esprit cet instant de délice, le marquer d’une pierre blanche.

Il y a tant à découvrir. En fin de compte.
Faire de la trottinette. Boire un café.

Il y a tant à vivre. Et vivre pour moi c’est aussi écrire. « Capter », donner à voir tous ces instants. Qui donnent de l’intensité. A ma vie ordinaire.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *