Il y a un endroit où ma tête, mon mental agit indépendamment de ce qui se passe dans mon corps. Je cogite pendant des heures sur un même sujet, je ressens une grande blessure. Et si je prête attention à mon corps, il semble bien pourtant…

Alors je ferme le dossier dans ma tête. C’est mercredi après midi. Il fait beau. Mon enfant a cours de judo à l’orée du bois. Nous en profitons pour faire une ballade à vélo. C’est le printemps. On ne dirait pas que c’est la fin du monde.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Répondre à Aurélie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *